Trots op Kernenergie

Fermer Fessenheim est un contre-sens

Avis de l’Académie des sciences – Paris, le 7 juillet 2020

L’arrêt de son second réacteur, le 29 juin dernier, a marqué la fin définitive de l’exploitation commerciale de la centrale nucléaire de Fessenheim. Cette fermeture aura pour conséquence une perte de puissance électrique décarbonée en France de l’ordre de 1800 mégawatts. D’ici à 2035, la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie prévoit d’arrêter 12 autres réacteurs nucléaires du même type, avec pour objectif une diminution de 75 à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité en France. Comment envisager dans ce cadre le futur de la production énergétique française ? L’Académie des sciences expose, dans cet avis argumenté, les enjeux environnementaux, politiques et économiques qui sous-tendent cette question sensible.

De zeer gerespecteerde Académie Français is zeer kritisch over het sluiten van de 2 reactoren van Fessenheim. Ze wijzen op de uitstekende reputatie van Frankrijk op het gebied van z’n kerncentrales en op de lage uitstoot van CO2 in vergelijking met alle andere landen in Europa en de wereld. Ze sporen de regering aan zo spoedig mogelijk besluiten te nemen over nieuw te bouwen kerncentrales.

Hun advies kan hier worden gelezen (in het Frans).

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Artikelen ook over dit onderwerp

In de pers
Thema's

Veiligheid